Avant les consignes strictes de confinement a eu lieu sur PUGNY une rencontre poétique avec un ami, Pascal a eu lieu samedi dernier le 14 mars.
 
Un hommage aux frères. Une vingtaine de personnes étaient présentes autour de Père Raymond.
 
Un survivant dans l’invisible
Tu es parti sur le chemin d’un monde malade et cruel.
Tu es parti, à l’aventure, comme ça, sans prévenir,
Avec Dieu dans les poches
Et le sourire aux lèvres.
Il y avait plein de petits cailloux par terre.
Tous différents les uns des autres.
Il fallait les ramasser — des brillants, des ternes
Les assembler — des petits, des gros
Les souder — des rugueux, des tout lisses
Les façonner — des laids, des beaux
Mais, surtout, les aimer…
Les vulgaires et les précieux ensemble.
Il fallait les aimer pour la première fois
Comme un petit garçon qui découvre la vie !
Alors tu as sculpté dans le roc des idées.
Des idées vagabondes et audacieuses.
À chaque coup, une prière ;
Et à chaque prière, un étincelle !
Alors la lumière a éclaté !
Et les réponses ont jailli.
Les anges ont retroussé leurs manches,
Ton frère, Pierre, est arrivé à la rescousse ;
Tout le monde s’y est mis !
Les brillants, les ternes, les petits, les gros, les rugueux,
les tout lisses, les laids, les beaux, les vulgaires et les précieux.
Personne n’a rechigné…
Et tous ces merveilleux cailloux de partout
Se sont mis à resplendir avec l’éclat d’un diamant rare
Qu’on appelle l’amour !
Ils se sont dressés d’un seul corps
Et ont érigé cette haute statue
Pour désigner la Foi.
Ils se sont mis à prier !
Tu étais parti sans lendemain
Au petit bonheur la chance
Avec Dieu dans les poches.
Tu as traversé l’invisible
Comme ça… un survivant.
Pascal BarthélémyA  Père Raymond Jaccard,Pugny-Chatenod