Moi je vous baptise avec de l’eau, Celui qui vient vous baptisera dans l’Esprit Saint et le Feu

3ème Dimanche de l’Avent – Année C –

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 3,10-18.

En ce temps-là, les foules qui venaient se faire baptiser par Jean lui demandaient : « Que devons-nous faire ? »
Jean leur répondait : « Celui qui a deux vêtements, qu’il partage avec celui qui n’en a pas ; et celui qui a de quoi manger, qu’il fasse de même ! »
Des publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts) vinrent aussi pour être baptisés ; ils lui dirent : « Maître, que devons-nous faire ? »
Il leur répondit : « N’exigez rien de plus que ce qui vous est fixé. »
Des soldats lui demandèrent à leur tour : « Et nous, que devons-nous faire ? » Il leur répondit : « Ne faites violence à personne, n’accusez personne à tort ; et contentez-vous de votre solde. »
Or le peuple était en attente, et tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n’était pas le Christ.
Jean s’adressa alors à tous : « Moi, je vous baptise avec de l’eau ; mais il vient, celui qui est plus fort que moi. Je ne suis pas digne de dénouer la courroie de ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu.
Il tient à la main la pelle à vanner pour nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera le grain dans son grenier ; quant à la paille, il la brûlera au feu qui ne s’éteint pas. »
Par beaucoup d’autres exhortations encore, il annonçait au peuple la Bonne Nouvelle.

Nous sommes dans une période cruciale : la Palestine est occupée par les romains.

Les Prophètes annoncent la venue du Messie et parmi eux Jean-Baptiste est le plus grand des Prophètes.

Certains croyants viennent à Jean pour affermir leur foi en Dieu. Jean leur demande 3 choses importantes :

- le partage,

- la justice

- la non-violence.

Arrive Jésus pour se plonger dans l’eau du Jourdain. Jean refuse : « c’est lui qui a besoin d’être baptisé », mais il obéit à la demande de Jésus d’être baptisé par lui et Jésus vient à la dernière place pour prendre sur Lui nos péchés pour nous purifier entièrement.

Jean a commencé et Jésus achèvera cette purification à la Croix par l’Eau et le Sang. Nous serons alors définitivement guéri du péché par la Croix et la Résurrection de Jésus.

Quand Jésus sort de l’eau, Jean entend une voix du ciel : « Celui-ci est mon Fils Bien-Aimé en qui je me complais ».

Tout va changer lorsque les juifs écouteront Jésus leur parler du Père.

Jésus ne parlera pas seulement la Parole du Père, Il va nettoyer nos cœurs où sont amassés beaucoup d’injustice, d’égoïsme, de violence, car l’homme veut se sauver lui-même.

Il faut retenir ce passage du prophète Sophonie dans la première lecture :

« C’est lui, le héros qui apporte le salut,

Il aura en toi sa joie et son allégresse,

il te renouvellera par son amour ;

il dansera pour toi avec des cris de joie,

comme aux jours de fête »

Marie exprime dans son Magnificat sa joie profonde, son allégresse de laisser le Père nous réconcilier avec Lui, de renouveler son Alliance avec nous en Jésus par Marie.

- Comment les 3 demandes de Jean peuvent nous aider à  reconnaitre notre péché pour nous convertir ?

- Comment aujourd’hui, les Sacrements, spécialement la confession, sont là pour nous purifier de nos péchés ?

- Acceptons-nous de nous laisser fortifier par la Parole de Jésus et particulièrement par l’Eucharistie, pour rayonner entre nous cet amour que Jésus nous donne au baptême ?

Jésus affirme que la miséricorde n’est pas seulement l’agir du Père, mais elle devient le critère pour comprendre qui sont ses véritables enfants. (…). Le pardon des offenses devient l’expression la plus manifeste de l’amour miséricordieux, et pour nous chrétiens, c’est un impératif auquel nous ne pouvons pas nous soustraire. (Pape François)

Lire ICI l’intégralité de la Bulle d’indiction du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde du PAPE FRANCOIS (Misericordiae Vultus)

 

LA MONNAIE DU ROYAUME DE DIEU, C’EST LE PARDON DES OFFENSES

(André Sélinas)