30ème dimanche du Temps Ordinaire – Année B : Guérison de l’Aveugle Bartimée – Mc 10, 46-52

VOIR CI-DESSOUS LE TEXTE DE L’EVANGILE COMMENTE

L’aveugle, le pauvre qui crie nous dérange. Nous voulons le faire taire.

Mais Jésus entend son cri, Il s’arrête et fait chercher l’aveugle. Jésus lui pose la question : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? »

Jésus nous rejoint dans notre misère profonde. Il veut qu’on la lui dise pour la rejoindre et la guérir.

« Que je voie » « Vois ! ta foi t’a donné la vie » (traduction de la Pesshita)

Cette nouvelle re-création est l’œuvre de l’homme qui offre sa misère et du Seigneur qui guérit par sa Parole. Nous n’avons plus besoin de nous habiller de notre misère, symbolisée par le manteau, mais nous nous revêtons de la Parole de Jésus, de son Sang. Bartimée loue le Seigneur et entraine les autres dans la joie.

Il n’est plus assis au bord du chemin, mais il suit Jésus sur le chemin. Comment faire de notre misère le lieu de la rencontre, d’un Face à Face avec le Sauveur ?  Comment par notre foi nous participons à l’œuvre de Dieu et devenons des  témoins en publiant les merveilles que Dieu fait en nous à partir de notre misère, de notre cri qui devient louange ?

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 10,46-52.

En ce temps-là, tandis que Jésus sortait de Jéricho avec ses disciples et une foule nombreuse, le fils de Timée, Bartimée, un aveugle qui mendiait, était assis au bord du chemin. Quand il entendit que c’était Jésus de Nazareth, il se mit à crier : « Fils de David, Jésus, prends pitié de moi ! » Beaucoup de gens le rabrouaient pour le faire taire, mais il criait de plus belle : « Fils de David, prends pitié de moi ! » Jésus s’arrête et dit : « Appelez-le. » On appelle donc l’aveugle, et on lui dit : « Confiance, lève-toi ; il t’appelle. » L’aveugle jeta son manteau, bondit et courut vers Jésus. Prenant la parole, Jésus lui dit : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » L’aveugle lui dit : « Rabbouni, que je retrouve la vue ! » Et Jésus lui dit : « Va, ta foi t’a sauvé. » Aussitôt l’homme retrouva la vue, et il suivait Jésus sur le chemin.