admin

Pour nous, la canonisation de Mère Teresa est un grand événement d’Eglise.

Nous l’avons bien connue car nous avons travaillé dix ans dans ses léproseries où  

200 000 lépreux étaient hospitalisés.

Un jour, elle a pointé son index sur nous et en nous regardant, elle nous dit : « Laissez Dieu agir en vous ! ». Cette phrase a été pour elle l’étoile de sa vie.

En laissant Dieu agir en elle, elle a vécu l’abandon, la confiance et la toute petitesse.

C’est à son école que nous avons lu et vécu l’Evangile en accord avec notre Evêque du Cameroun qui nous donna cette consigne : « Je vous envoie au milieu des grands malades et de leurs familles pour vivre l’Evangile.

Son exemple a polarisé nos vies et les 182 missions que l’Eglise nous a envoyé vivre dans le monde. Continuer la lecture

La synopse de ce matin nous a fait vivre un moment rare avec l’histoire qu’a vécue Françoise dans son centre d’accueil de jour pour toxicomane à Lausanne. L’histoire peut paraitre banale par les temps qui courent : un homme de 69 ans que l’horreur de la guerre jette sur les chemins (qu’on imagine truffés d’horreurs encore plus grandes !) seul, privé des êtres proches par les bombes, et qui arrive devant la porte de ce centre où il reçoit un message d’amour fabuleux qui le bouleverse : Là, il n’est pas repoussé mais une voix douce et chaleureuse lui offre un moment de repos pour son âme.

Pas de ce repos dont l’homme riche de la parabole voulait entourer son âme ( nous étions justement en train de la lire  avant l’arrivée de Françoise, clin Dieu  au passage !) mais un repos offert par la Providence. Un repos qui vient de Dieu et qui n’a pas été prémédité par celui qui le reçoit. Un repos qui comble au plus profond de soi. Un vide qui se remplit et non un plein qu’on sur-rajoute à un plein. Continuer la lecture

« Quelle joie de retrouver nos frères et soeurs de Myriam Bethléem ce dimanche 26 juin ». Ce fut un beau cadeau d’anniversaire de sacerdoce pour Père Raymond:  Ils nous ont réjoui en chantant l’amour de Dieu avec le paroles du curé d’Ars:
Je vous aime ô mon Dieu
Et mon seul désir est de vous aimer
Jusqu’au dernier soupir de ma vie 
Je vous aime ô Dieu
Infiniment aimable
Et j’aime mieux mourir en vous aimant 
Que de vivre un seul instant
Sans vous aimer.

 

 Annoncer… 

A quoi bon toujours dénoncer 

S’épuiser à lutter, dénigrer,

Refuser, manifester,

Au risque de s’affronter,

De s’opposer jusqu’au point de couper

Le fil du possible dialogue….

Si nous osions annoncer, 

Ouvrir un chemin de liberté,

Croire à La Vérité, en incarnant ses bienfaits,

Au risque de se confronter

Dans un dialogue pour cheminer.

Je choisis d’annoncer,

La victoire de la Joie, la victoire de la Vie

De ton Amour qui m’a précédée.

Devant Toi mon Aimé, je ne peux que dénoncer

Mes pauvretés, mes prisons, mes démons…

En demander pardon !

Par Don tu me libères…

L’abondant flot de larmes

Fait céder la porte blindée…

Et je peux de nouveau respirer !

L’abandon donne en abondance une nouvelle confiance !

SUIVRE TES PAS
Toi, le marcheur de Galilée,
Toi le convive
et toi le Hôte,
Toi le conteur de l’éternel ;
Toi, le jardinier de l’au-delà,
tout en Toi dit l’Amour du Père.
Seigneur Jésus, je voudrais suivre tes PAS,
Connaître tes sentiers :
Montre moi comment goûter à la Vie,
apprends-moi à me rassasier d’amitié,
fais-moi sentir la faim de justice :
Désaltère-moi.
Dans mes futurs repas, guide moi :
que je sois l’hôte qui accueille vraiment,
que je sois l’invité qui sait la gratitude,
que je sois le serviteur discret, présent, utile,
que je sois le cuisinier qui dose avec justesse
tes ingrédients de paix, de confiance, d’amour
et de justice !
                                      Jean Marie Humeau

Jacques prend son repas quelques heures après sa guérison à Lourdes

Jacques Vanzon quelques jours après sa guérison à Lourdes

Le dimanche 12 juin, les frères et quelques proches se plongeront dans la piscine de la Dame de Massabielle au nom de tous leurs amis et spécialement du PAS.

                         Le 12 juin 1954, Jacques  Venzon grabataire à vie est invité fortement par le père raymond à aller se baigner dans l’Eau donnée par Maman.
Malgré toutes ses résistances extérieures, Jacques se laisse faire et sort guéri de la piscine et s’écrie en pleurant:  » Pourquoi moi qui suis incroyant et pas les autres qui sont croyants. Avec vos radios, je ne peux pas marcher mais avec Marie ça marche bien docteur ».
Miracle prophétique de la mission des frères Jaccard qui laisseront Maman remettre debout tous les grabataires dans leur corps et dans leur esprit.
Qu’Elle devienne notre Mère davantage pour nous tous !!!

La bergerie de Ste Bernadette à Lourdes

Arrivée à la bergerie

Un piquenique sur le chemin du pèlerinage à la bergerie de Bernadette

Pèlerinage à la bergerie de Bernadette

Les pères sur le chemin de la bergerie de Bernadette

Conférence de Daniel Ange sur la miséricorde à l’école du petit Robert.

Après avoir vu le nouveau DVD de Fabien Guichardan sur le petit Robert Naoussi, qui nous a tous émus, le père Daniel Ange  nous parle de la miséricorde :

La miséricorde c’est le cœur crucifié du Père, complètement bouleversé par le péché et la perte de la gloire de ses enfants.

La miséricorde est une vraie rébellion de Dieu devant l’ennemi venu détruire son chef d’œuvre .  C’est Jésus qui vient dans un corps à corps affronter Satan à notre place.

Devant le calvaire qu’a vécu Robert et devant les horreurs que vivent tant de personnes, tous nous crions : « Pourquoi ? » comme Jésus : « mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as tu abandonné ? »

Nous devons partager la rébellion de Dieu qui ne supporte pas la mort, qui ne supporte pas la guerre.

Nous aussi , nous devons crier. C’est la révolte du cœur de Dieu.

Jésus prend tous ces pourquoi .

Marie est là pour dire : « Mon petit, le Père ne t’abandonne pas puisque moi ta mère, je ne t’abandonne pas. » Marie est le sacrement , le signe visible , tangible de la présence du Père.

Jésus passe de l’impression d’être abandonné à la confiance du tout petit qui s’abandonne dans les mains de son Père.

Il y a des milliers de petites « Mère Teresa » dont on ne parlera jamais, perdues dans le fin fonds d’une brousse ou dans les montagnes du Vietnam.

Nos frères Pierre et Raymond sont une de ces épiphanies éclatantes de la miséricorde. Ils sont des étoiles de première grandeur  dans les ténèbres de notre monde. Ils sont des rayons de  la gloire de Dieu à l’état pur sur notre monde. Ils continuent Marie au pied de la Croix. A travers vous, c’était Marie qui consolait.

Combien de jeunes lépreux ont cessé de dire : «  Mon Dieu pourquoi m’abandonnes-tu ? »  et ont commencé à dire à Dieu « Papa, je me remets entre tes mains » parce que vous avez été un sacrement vivant de la paternité et de la maternité de Dieu

Partout où il y a l’enfer , il y a le ciel ouvert. La joie que vit Robert au cœur de son calvaire au milieu des pires souffrances est donnée du ciel. Il reçoit la conviction de la valeur salvatrice de sa souffrance.

Les pires souffrances sont illuminées par une lumière qui n’est pas de cette terre.

Daniel nous fait nous émerveiller de combien d’autres actes de générosité et d’héroïsme de tant de jeunes qui on tout donné à Jésus et à leurs frères.

Loan est là pour dédicacer sa BD du petit Robert.

Le groupe rythme et prière anime avec le père Daniel le temps d’adoration qui achèvera cette magnifique après midi.

MERCI à TOUS,  Merci à Fabien, à Loan, aux frères Pierre et Raymond, à Daniel Ange.

MERCI à Robert.

Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je Vous aime.
Je Vous demande pardon
Pour tous ceux qui ne croient pas, qui n’adorent pas
Qui n’espèrent pas et qui ne Vous aiment pas.

  

Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint Esprit

Je Vous adore profondément et je Vous offre les Très Précieux

Corps, Sang, Âme et Divinité de Notre Seigneur Jésus-Christ
Présent dans tous les tabernacles de la terre
En réparation des outrages, sacrilèges et indifférences
Par lesquels Il est Lui-même offensé.

Par les mérites infinis de Son Très Saint Cœur
Et du Cœur Immaculé de Marie
Je Vous demande la conversion des pauvres pécheurs.