Archives annuelles : 2019

Mes chers Amis,

Dans la chambre de Marthe, fin novembre à Châteauneuf de Galaure, j’ai prié pour chacun de mes amis du PAS.

Certains jeunes de l’école voulaient s’arrêter de fumer. Je leur ai dit : « Prenez une boîte et mettez-y tous vos paquets de clopes et surtout l’argent de vos cigarettes de chaque jour pour que la boîte soit bientôt remplie. Vous ferez ce geste en partage pour les petits enfants qui manquent de tout en Centre Afrique. Aussitôt dit, aussitôt fait !

Au fond de la salle, deux garçons confectionnent une boîte et recueillent les cigarettes.

En route vers Paris, nous retrouvons nos amis Marie-Madeleine et Christian. Malgré leur désir d’une famille nombreuse en se mariant, ils n’ont pas pu avoir d’enfants. Ils en ont adopté dix. Ils ont découvert le vrai Noël quand ils ont adopté encore trois enfants trisomiques. Depuis trente-cinq ans, ils les portent avec leur handicap. Quelle joie dans ce petit Bethleem près de Vézelay loin du regard des hommes mais sous le regard émerveillé de Jésus, Grain de blé déposé sur la paille à Bethléem !

Le lendemain, André et Sylvaine nous accueillent à Courtry près de Meaux dans l’Eglise St Médard qu’ils ont restaurée alors qu’elle était en ruines.

De deux qu’ils étaient, ils sont maintenant 250 avec quatre prêtres, des catéchistes, des adorateurs, et de nombreux mouvements…. La foi est contagieuse ainsi que la charité. Il nous appartient de débrider les cœurs parfois endurcis trop centrés sur nous-mêmes et sur nos intérêts pour rendre la vraie place à Dieu dans la louange et le service.

Les petits ruisseaux font les grandes rivières.

Le 8 décembre, nous sommes à l’Eglise Stella Matutina de St Cloud avec 300 personnes. C’était comme un feu d’artifice explosant de joie, de foi, d’espérance.

Le plus beau message fut la présence des petits enfants regroupés pour réciter le chapelet comme une petite grappe d’amour priant la Vierge Marie pour que Noël se passe dans la joie et la charité pour tous les pauvres que nous sommes.

C’était la fête de l’Immaculée Conception : « Marie n’a pas comme nous une liberté de choix : sa liberté consiste à dire OUI à l’Amour totalement »

Un dernier passage à la Chapelle de la médaille miraculeuse rue du bac avant de retrouver le bercail de Pugny-Chatenod.

Notre vie humaine est une succession d’événements que nous ne pouvons pas commander mais essayons de voir chaque événement que nous vivons comme la signature de Dieu dans notre vie.

A Noël, peut-être pourrions-nous partager notre repas avec un pauvre, l’inviter à notre table et faire de lui un ami pour qu’il connaisse encore l’amour d’une famille. Vous aurez une telle joie d’avoir partagé avec un pauvre.

Bon Noël à tous chers amis du PAS et vous tous qui entrez dans cette joie du partage !

Père Raymond Marie.

PROJETS 2020

CENTRAFRIQUE

Sauver les enfants soldats de la violence 

Quel avenir pour ces enfants nés dans la rébellion dans un pays déchiré par les conflits armés depuis des décennies ?

A Markounda, au Nord du pays, à la frontière avec le Tchad, la jeunesse représente 62 % d’une population pauvre. A défaut d’une bonne politique scolaire, filles et garçons se détournent de l’école et s’engagent spontanément dans les groupes armés installés dans cette zone. Une situation amère pour le Père Guy Alain car elle compromet gravement l’avenir de ces enfants et du pays.

Sauver les enfants soldats, c’est commencer par les accueillir en leur garantissant un abri, de la nourriture et une formation. Un abri ! Il est urgent de construire deux petites maisons de 6 chambres chacune. L’une pour les filles et l’autre pour les garçons, ainsi qu’une paillotte pour les repas et les activités. Ce sera le Centre Aïta  (qui signifie « Apprendre à vivre ensemble en frères ») dont le but est la réintégration sociale des enfants soldats.

Ils sont déjà une vingtaine d’enfants soldats à être venus chercher de l’aide auprès du Père Guy Alain. D’autres suivront… Le Père Guy Alain ne peut lâcher les mains que les enfants soldats lui tendent dans un ultime appel à l’aide et veut construire avec eux leur avenir et celui du pays.

BURKINA FASO

Lutter contre l’exode rural et la prostitution

En milieu rural les jeunes filles non scolarisées, sans moyens pour faire face à la vie, sont confrontées à l’exode rural, la prostitution et l’exploitation en tous genres.

Sœur Marie-Blanche a créé pour elles un petit centre de formation au tissage et à la couture. Ce centre est à présent trop petit. La construction d’un grand hangar mieux adapté s’avère indispensable pour répondre aux nombreuses demandes de formation, ainsi que l’achat de dix métiers à tisser.

Le but de ce projet est de permettre à ces filles de vivre dignement dans leur village.

Coût d’un métier à tisser : 250 €

 

 Les projets réalisés en 2019

RWANDA 

« Former des jeunes, c’est reconstruire un pays divisé »

La congrégation des Sœurs Auxiliatrices est installée au Rwanda depuis 1954. Trois sœurs sont au service du Centre de formation professionnelle pour jeunes, fondé par Sœur Godelieve en 2006 à Gisagara, près de Butaré. Depuis cette date, le Centre a formé plus de 600 jeunes en menuiserie, maçonnerie, et couture.

En 2019, le P.A.S. a financé du matériel scolaire, ainsi que les équipements des divers ateliers de formation.

Très engagée auprès de ces jeunes, Sr Godelieve fait aussi de leur formation un outil pour la reconstruction personnelle et sociale d’un pays meurtri par un douloureux conflit :

« Les jeunes du Centre de formation sont issus de familles très pauvres qui, malgré de grandes souffrances, ont la volonté de s’en sortir. Certains jeunes marchent 3 heures pour se rendre au Centre se mettant en route dès 4 h du matin. Pour tous, un seul repas par jour.

Ces jeunes, de 17 et 25 ans, ont de grandes qualités et de vrais talents qui ne demandent qu’à être exploités. Un métier leur permet de lutter contre les forces négatives de la marginalisation, de la frustration et du manque d’estime de soi ; il leur permet de s’ouvrir à des perspectives humaines plus satisfaisantes, dans le respect et la dignité. Ces élèves sont l’avenir du pays. S’asseoir sur un même banc d’école et travailler ensemble permet de bâtir l’unité, la tolérance, la solidarité pour tous.

J’encourage les couturières pour qu’elles ne cousent pas seulement des habits, mais réparent aussi le tissu social déchiré par les évènements de 1994. Que les maçons ne construisent pas seulement des maisons, mais construisent et reconstruisent la société détruite par les évènements. Les menuisiers sont invités à ne pas seulement faire l’assemblage des pièces pour les meubles, mais aussi à rassembler le peuple Rwandais divisé depuis le génocide. »

CENTRAFRIQUE :

« Former une femme, c’est former un pays »

Grâce au P.A.S., le Centre de formation de Markounda, fondé par le Père Guy Alain a été construit en 2018. Nombreuses ont été les mamans et les jeunes filles à recevoir une formation en couture et en tricotage.

Pour leur permettre de vendre leurs réalisations, le P.A.S. a financé, en 2019, la construction d’un local qui sert de boutique.

Elle est aujourd’hui opérationnelle et génère des gains qui bénéficient aux familles. Souhaitons un bel avenir à ces femmes courageuses et déterminées à se former pour pouvoir se prendre en charge.

SYRIE

« Des familles en détresse »

Les familles, meurtries par la guerre, peinent à se relever. Le P.A.S. a fait un geste fraternel de soutien et d’encouragement envers une paroisse de Damas pour qu’elle puisse venir en aide aux familles qui luttent au quotidien pour pouvoir rester dans leur pays.

CHILI :

« Des enfants en grande difficulté »

Un don a été fait à l’association « Les amis de Jésus », pour venir en aide à des enfants en grande difficulté : malades mentaux, victimes de violences physiques, enfants trisomiques, enfants sourds-muets… Une lueur d’espérance dans un quotidien douloureux.

COLOMBIE

« Créer de l’emploi, c’est relever des familles »

Avec le soutien des frères Jaccard, Sr Esther a construit une école, une cantine, des crèches et créé des ateliers pour les mamans pour qu’elles puissent sortir de la prostitution. Ces ateliers donnent du travail et de la dignité à de nombreuses mamans.  Sr Esther a aussi fait construire une trentaine de petites maisons d’habitation pour des mamans et leurs enfants.

Une association Suisse, qui a cessé récemment son activité, a transmis le solde de son compte au P.A.S. au profit des projets de Sr Esther.

« Accueillir des enfants malades, c’est ouvrir à l’Espérance »

Le P.A.S. a apporté un soutien à la Communauté Cristo Maestro pour l’ouverture d’une maison pour les enfants malades de familles pauvres qui viennent de toute la Colombie se faire soigner à Bogota.  Cette maison est un grand soutien pour les familles dont les enfants sont gravement atteints dans leur santé.

Merci aux donateurs pour leur générosité !

Bientôt nous allons chanter Noël Noël Noël et tout sera illuminé dans les rues !

Les bergers vont venir voir ce petit enfant que les anges leur ont annoncé !

Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes qui l’aiment !

La paix sur la terre c’est la Gloire de Dieu.

Nous avons tout ce temps de l’Avent pour nous y préparer. N’ayons pas peur de voir ce petit enfant sur la paille. Sa maman Marie le prend dans ses bras et nous le donne à aimer. C’est lui le petit grain de blé qui va donner sa vie pour un champ de blé merveilleux.

Il laissera les hommes en faire un peu de pain à manger et il demandera aux apôtres de faire la pâque avec eux. Pendant ce temps-là, Judas est allé chercher un mouton. Il l’a payé 30 deniers. Il a gardé cet argent pour lui car c’était un voleur. Il a gardé cet argent dans sa poche. L’agneau était déjà là. C’est Jésus qui leur a donné son corps et son sang pour nous offrir la vraie Pâque, celle qui donne la vie éternelle et que nous mangeons dans l’Eucharistie. Il nous dit « dévorez-moi et buvez mon sang et je serai en vous et vous en moi, et vous posséderez Dieu, non pas pour le garder mais pour qu’on serve avec lui la Vie et qu’on la donne au monde entier par sa Parole et son Eucharistie. C’est l’Eglise qui en a reçu la mission.

Préparez-vous à accueillir ce petit enfant Jésus Sauveur du monde(qui vient nous sauver).

 

Le 25 novembre 2019
Bonne fête à toutes les Catherine.
Père Raymond en déplacement… Missionnaire de toujours…
Père Raymond accompagné de Sœur Massabielle et des bons soins de Sylvie part à Châteauneuf La Galaure pour une semaine à l’écart. Ils sont là-bas jusqu’au 1er décembre.
Sœur Massabielle en profitera pour travailler paisiblement sur les archives de la vie missionnaire des frères.
Ensuite, à leur retour, départ pour PARIS du 5 au 12 décembre prochains. 

Le père Raymond sera à l’église St Médard de Courtry le samedi 7 décembre de 14h00 à 16h00.

A l’église Stella Matutina de St Cloud le dimanche 8 décembre à 15h30.

Bonne semaine vers l’Avent !

Besoin d’amour avant tout

Chers frères et sœurs, je vous exhorte à chercher, avec chaque personne pauvre que vous rencontrez, ce dont elle a vraiment besoin ; à ne pas vous arrêter à la première nécessité matérielle, mais à découvrir la bonté qui se cache dans le cœur, en vous faisant attentifs à leur culture et à leurs façons de s’exprimer, pour pouvoir entamer un véritable dialogue fraternel. Mettons de côté les divisions qui proviennent de visions idéologiques ou politiques, fixons le regard sur l’essentiel qui n’a pas besoin de beaucoup de mots, mais d’un regard d’amour et d’une main tendue. N’oubliez jamais que « la pire discrimination » dont souffrent les pauvres est le manque d’attention spirituelle ».

Les pauvres ont avant tout besoin de Dieu, de son amour rendu visible par des personnes saintes qui vivent à leur côté, lesquelles, par la simplicité de leur vie, expriment et font émerger la force de l’amour chrétien. Dieu se sert d’innombrables routes et instruments pour atteindre le cœur des personnes. Bien sûr, les pauvres nous approchent aussi parce que nous leur distribuons de la nourriture, mais ce dont ils ont vraiment besoin va au-delà du plat chaud ou du sandwich que nous proposons.

Les pauvres ont besoin de nos mains pour se relever, de nous cœurs pour ressentir à nouveau la chaleur de l’affection, de notre présence pour vaincre la solitude.

Ils ont simplement besoin d’amour.

Père Raymond va bien.
Il vient de passer quelques jours dans la communauté EUCHARISTIEN.
Temps de grâces où durant quatre jours, comme des petites brebis, des personnes ont pu recevoir le sacrement de la réconciliation.
Luc 15 (3-7) » …  Quand il l’a retrouvée, il la prend sur ses épaules, tout joyeux, et, de retour chez lui il rassemble ses amis et ses voisins pour leur dire : « Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé ma brebis, celle qui était perdue !« 
Le DVD de la grande semaine du Père Pierre est arrivé. N’hésitez pas à le commander !
Le temps de l’Avent est proche.
A bientôt !

Nous étions une bonne centaine de personnes autour de Père Raymond ce dimanche de Festival à Notre Dame de Myans !

Ce fut une belle journée vitalisante.

Le film a touché beaucoup de personnes qui déjà ont passé commande pour sa sortie prochaine.

De ce film ont jailli plusieurs témoignages de reconnaissance pour Père Pierre et pour les frères Jaccard.

Oui la rencontre avec les Frères a transformé bien des personnes, a ouvert un chemin de foi, de guérison, une issue dans des situations difficiles et une fidèle amitié qui traverse les années et les frontières.

Merci infiniment aux personnes qui ont fait le déplacement de BESANCON (deux mini bus pour environ 20 personnes), de PARIS, LYON, THONON, de l’AIN, et même de l’AUDE et d’ailleurs encore.

Ce fut une telle joie pour Père Raymond de pouvoir embrasser ses amis souvent venus de loin !

Merci infiniment aux généreux donateurs qui permettent tout simplement la poursuite de la mission des Frères auprès de nos partenaires pour contribuer à construire un avenir à  des personnes sur place dans leur pays.

La journée s’est terminée par un temps d’adoration ponctué de beaux refrains.

Rencontres, dialogues, échanges jusque vers 19 h. Nous n’étions pas pressés de nous quitter !

Merci aussi pour le très bon accueil qui nous a été réservé par Christophe au Sanctuaire et aux personnes ayant aidé à l’animation de la messe et de notre stand de vente.

Pour revoir le film ou le découvrir si vous n’étiez pas là, vous pouvez le commander par l’intermédiaire de la fiche qui se trouve au Centre de notre Calendrier 2020.

PS : Toutes nos excuses pour les personnes arrivées pour la messe et pensant qu’elle se tiendrait dans le sanctuaire. En effet, pour simplifier les déplacements de P.Raymond, nous avons décidé la veille de la célébrer dans la salle. 

Père Raymond se réjouit de vous retrouver ce dimanche au Sanctuaire NOTRE DAME DE MYANS.
Prévoyons un petit vêtement au cas où nous partagerons le repas dehors mais pas de soucis, une salle à manger nous accueillera s’il fait trop frais.
Nous nous retrouverons dans la salle de conférence pour l’accueil à 10 h. La messe sera célébrée dans cette même salle à 11 h.
Au plaisir de retrouver les amis de l’association qui pourront être là et en Union de prière avec les personnes que ne pourront nous rejoindre.

Un seul être peut être éternel car il est une éternité d’Amour depuis le commencement. 

Le commencement, c’est avant le péché.

Malheureusement, le péché est venu pour tout détruire.

Le Seigneur a pitié de nous parce que nous sommes ses enfants et qu’Il nous attend dans son éternité pour vivre avec Lui.

Il demande à Jésus de venir chez nous.

Quand Il vient, Il dit : « Je suis le Commencement. »

Il dit à Nicodème : « Si vous ne naissez pas d’en-Haut (littéralement, du commencement), vous n’entrerez pas dans le Royaume de Dieu ».

Jésus vient nous remettre dans ce Commencement de l’homme innocent avant le péché où il n’y a que de l’Amour et de la joie :

« C’est moi qui vous apporte le pain de vie.

Mangez-moi, dévorez-moi.

Je demeurerai en vous et vous en moi,

pour toujours, pour l’éternité.

Celui qui croit en moi a des paroles de la Vie Eternelle.

Celui qui croit en moi aura en lui une Source d’eau vive jaillissant en Vie Eternelle. »

Si nous croyons en lui, que ses paroles demeurent en nous, nous ne pouvons pas connaître la mort.

Jésus nous a donné la joie de venir au commencement du tout, avec Lui. Il a subi la mort mais il est ressuscité.

Pour nous chrétiens, la mort spirituelle n’existe plus et dès maintenant nous avons la Vie.

A la mort, notre corps ira au dortoir.

A la résurrection finale, Jésus nous ressuscitera tous, avec nos corps, mais transfigurés. C’est déjà maintenant que nous vivons cette réalité.

Un chrétien vit déjà dans l’espérance de vivre cette vie-là. Cultivons l’Espérance. Elle ne déçoit pas. C’est l’Esprit-Saint qui cautionne les paroles de Jésus, qui nous aide à revivre les paroles de Jésus.

Demandons à la Vierge Marie la foi  en ces paroles de son Fils.

Comme le Pape le dit : «  N’ayons pas peur ».

Jésus nous le dit deux fois après la résurrection : « N’ayez pas peur ! ». Il n’y a pas de réincarnation. Dieu veut nous faire sortir de cette vie pour nous faire le contempler comme au commencement. Donnons la main à Maman Marie qui nous plongera dans ce brasier d’Amour de Jésus à la Croix.

Ce ne sont pas des paroles. C’est la réalité.

Il n’y a que la prière qui peut entretenir ce feu d’Amour. Le chapelet, l’Evangile et l’Adoration : les trois piliers pour entrer dans ce FEU d’Amour.. Mais surtout aussi la charité car seule la charité purifie : pour nous aimer comme Il nous aime.

Le 16 juillet, en la fête de Notre Dame du Mont Carmel, Titi nous avait donné rendez-vous au Carmel de Mazille en Saône et Loire.

Avant que nous partions, nous avons rencontré une jeune carmélite de Saint-Etienne qui est aussi une virtuose de piano.

Un piano était dans la salle d’accueil et nous lui avons demandé de jouer quelque chose.

Elle s’est mise au piano en disant « Que vais-je jouer ? Vous ne devez pas connaître, tiens je vais vous jouer «Viens ma toute belle, viens dans mon Jardin, l’hiver s’en est allé et les vignes en fleurs exhalent leur parfum, viens dans mon jardin. J’entends mon Bien-aimé : il guette à la fenêtre… »

Ses mains dansaient sur le piano et elle était toute absorbée dans la mélodie que nous écoutions, médusés :

La chanson préférée de Titi …. Le chant d’entrée de son « enciellement ». Titi était là avec nous !

Avant de nous quitter, mon frère Pierre me disait souvent et avec joie :

« Bientôt, nous les verrons face-à-face. »

Nos bien-aimés sont là dans l’invisible. Chaque matin, il vient prier avec moi avec la Vierge Marie.

Il me donne le désir d’aller bientôt le rejoindre et d’aller voir enfin cette réalité.

Chaque matin, il m’apprend des choses nouvelles.

-        Un jour, il me dit : « N’oublie pas l’adoration ! »

-        Un autre jour : « Je te retrouverai dans l’Eucharistie. Notre joie profonde. Rayonne-là, rayonnez-là ! »

-        Une autre fois : « Je ne te lâche pas. Je ne te quitte pas. »

-        Un jour il est venu avec la Vierge et tous les anges. La Vierge faisait danser tous les anges. Pierre était au milieu. Il encensait. Qu’est-ce qu’il était heureux !

 -        Plus tard il est venu avec la Vierge. Il était illuminé de l’intérieur par l’Esprit-Saint. Le propre de Dieu c’est de nous donner la lumière.  «  Je suis la lumière du monde » dira Jésus.

 -        L’autre jour, il était très occupé d’accueillir notre cousine la Mimie de Villers partie pour la Pentecôte. Ce jour-là, je ne l’ai presque pas vu.

 -        Un jour il m’a dit « N’oubliez pas les pauvres. Va chercher le pauvres, les filles mal aimées de la rue. Nous allons faire un grand festin avec l’Agneau qui est préparé : c’est Jésus qui donne sa vie sur la croix. »

 -        Pendant une semaine, il m’a appris à prier le Notre-Père très lentement. Avec un passage différent chaque matin.

 -        Tous les matins, il prie le rosaire avec moi. Régulièrement, à 4 h il me réveille. Ça peut durer jusqu’à 6 h30 ou 7 h00. Dans la journée, il continue de rester avec moi.

 Le Ciel, c’est ici, dans l’Amour et la Lumière.

Depuis que Jésus est entré en Marie, c’est Elle maintenant qui nous enfante. Cela s’appelle l’Eglise : La famille qui se laisse aimer par Dieu et qui rayonne cet Amour est cette joie.

C’est Jésus qui a donné sa vie pour nous sur la Croix.  Il nous demande de Le manger pour avoir la Vie éternelle. « Demandez-lui une foi audacieuse pour parler de la résurrection et de l’espérance à ceux qui n’ont pas la foi et qui meurent sans espérance. »