Archives mensuelles : mai 2017

Souvent, on me posait la question aux télévisions les journalistes demandaient : « Pierre, quel est le plus beau jour de ta vie ? »

J’ai toujours répondu : « C’est aujourd’hui même parce que, Jésus m’Aime comme je suis ».

C’est vrai que j’ai à rendre grâce pour tout ce qu’il m’a été donné dans ma vie : le baptême, la communion au Corps et au Sang de Jésus, l’ordination sacerdotale et aussi toutes les années passées avec Raymond dans la misère des hommes.

Humblement, j’ai essayé de rester fidèle grâce à la fidélité de Dieu, à l’Amour sans limite de la miséricorde qui peu à peu m’a préparé à la lumière de cet Amour infiniment miséricordieux et qui touche tous les hommes parce que nous sommes le Corps de Jésus.

Frère Pierre Jaccard.

Au moment où l’Eglise célèbre les 100 ans d’apparition de la Vierge Marie à Fatima et canonise les deux petits pastoureaux Jacinthe et François, nous sommes aussi en pleine action de grâce pour les 90 ans de Titi.

Après avoir goûté le désert et échappé aux fellagas grâce à un chef bédouin musulman, il a continué sa vie de petit frère de Foucauld pendant 17 ans en Espagne. Ensuite, il a été appelé par le Seigneur à me rejoindre pour soigner les lépreux. Le Seigneur a permis que nous allions très loin dans l’amour des pauvres. Au delà des réfugiés, des enfants polios, le Seigneur nous a fait connaître ces petites filles mal aimées de la rue. Pierre avait vraiment une vocation de donner tout son amour pour leur redonner confiance en Dieu qui les Aime à la folie et les remet debout moralement.

Cette vie a duré 40 ans jusqu’à notre retraite ici au monastère chez les sœurs de Bethléem. Même pendant sa retraite, il reste pleinement heureux de pouvoir se donner entièrement à Dieu par l’adoration et l’accueil de ceux qui ont besoin de réconfort et d’espérance. Il assure actuellement un service auprès des sœurs et veut aller jusqu’au bout de son amour pour Jésus en célébrant l’eucharistie. Nous nous joignons à lui par toute notre prière et notre affection en Maman Marie.

Frère Raymond Jaccard.

Bien chers amis qui avez eu la délicatesse d’assister par votre présence ou votre prière le 21 mai à mon anniversaire de 90 ans.

J’ai admiré votre amour fraternel.

Raymond et moi, nous nous sentions vraiment dans une famille de véritables amis. Nous ne pouvons pas vous oublier là où nous sommes et où nous serons un jour. Nous serons semblables à Lui car nous Le verrons tel qu’Il est  ». C’est dans la Lumière radieuse de sa résurrection qu’un jour nous serons tous réunis. 

Nous savons que beaucoup d’amis n’ont pas pu participer à cet anniversaire. Nous comprenons leur empêchement et nous les assurons de notre prière.

Avec toute notre affection et notre amour pour chacune et chacun d’entre vous.

Que le Père, Jésus, l’Esprit Saint et Marie vous comblent de leur joie en attendant notre résurrection bienheureuse.

Titi.