Archives mensuelles : septembre 2015

Sur l’Evangile de ce dimanche 27 Septembre 2015  (selon Saint Marc 9, 38-43.45.47-48) :

quelques questions et réflexions pour mieux vivre cette semaine,

à la suite de la rencontre dite de la « SYNOPSE » samedi matin à Pugny autour du Père Raymond

Vivre avec Jésus n’empêche pas de reconnaitre le bien que font les autres, car on ne peut pas faire le bien et parler mal de Jésus.

C’est l’Esprit-Saint qui agit dans l’homme et qui accomplit les signes et prononce les paroles qui font le « bien ».

Comment laisses-tu l’Esprit-Saint agir et parler en toi pour ne dire que le « Bien » ? Continuer la lecture

Mission en Chine avec le Père Ruiz 2004
En route vers les hameaux des lépreux.

LES SENTIERS DE L’AMOUR – 1 -

Nous sommes deux frères de la même famille, missionnaires pendant 40 ans, au service de l’Archevêque de Yaoundé. En liaison avec Monseigneur Zoa, nous avons mené 182 missions au service des lépreux, des enfants handicapés, des réfugiés et des mamans vivant dans l’enfer de la rue.

Les 182 missions ont toutes été enracinées, dépendantes d’un élément humain, souvent sans importance et banal. Sur ce site, nous aimerions partager avec nos amis la petite semence humaine qui s’est développée au cours de chaque mission, pour devenir un arbre merveilleux.

1. Financement de tous nos voyages

Tous nos déplacements ont été assumés par le Père Roland, Franciscain allemand, directeur d’une grande École de la Région de l’Eiffel, non loin de Bonn, et aussi animateur missionnaire en relation avec les curés des petits villages de cette région.

Quand il nous rend visite à Yaoundé, il nous pose beaucoup de questions et en nous quittant, il nous demande de l’aider dans l’animation missionnaire des villages de l’Eiffel. Pendant de longues années, nous l’aiderons dans son travail missionnaire. Lui et ses amis décident de financer toutes nos missions. Ils savent que nous dépendons d’un évêque et que nous n’entreprenons rien sans que l’Église nous envoie là où on nous demande.

2.- Déroulement de certaines de nos missions.-

Il nous est évidemment impossible de relater l’événement qui a motivé chacune des 182 missions qu’on nous a demandé d’accomplir. Nous ne prendrons que les missions suivantes : Continuer la lecture

A la suite de la rencontre dite de la « SYNOPSE » samedi matin à Pugny autour du Père Raymond

sur l’Evangile de ce dimanche (selon Saint Marc 9, 30-37)

Voici quelques questions proposées à la méditation de chacun(e) :

Jésus nous demande d’être ce qu’Il est : Serviteur et dernier de tous. Où voyons-nous que Jésus s’est fait Serviteur et dernier de tous dans l’Évangile ?

Comment vivre ce service d’amour en se faisant le dernier et le serviteur de mes frères ?

Jésus nous demande de redevenir un petit enfant. Il nous le donne en exemple. Pourquoi ?

Sommes-nous cet enfant qui se laisse prendre dans les bras, embrasser par Jésus dans sa faiblesse, sa vulnérabilité ?

« Qui est le plus grand » ?

Ne sommes-nous pas dans cette tentation de nous mettre au-dessus des autres pour nous faire valoir ? Continuer la lecture

La Croix glorieuse : lundi 14 Septembre , Notre Dame des Douleurs : Mardi 15 Septembre

Sur le Calvaire, au pied de la croix, se tenait la Vierge Marie (cf. Jn 19,25-27). C’est la Vierge des Douleurs, que nous célébrerons demain dans la liturgie. Je lui confie le présent et l’avenir de l’Église, afin que nous sachions tous toujours découvrir et accueillir le message d’amour et de salut de la Croix de Jésus (…)

(Pape François Angélus dimanche 14 septembre 2014) 

LA CROIX DE JÉSUS EST NOTRE SEULE ESPÉRANCE!

Chers frères et sœurs, bonjour! 

Le 14 septembre, l’Église célèbre la fête de l’Exaltation de la Sainte Croix. Un non-chrétien pourrait nous demander: pourquoi « exalter » la Croix? Nous pouvons répondre que nous n’exaltons pas n’importe quelle croix: nous exaltons la croix de Jésus, parce qu’en elle s’est révélé au plus haut point l’amour de Dieu pour l’humanité. C’est ce que nous rappelle l’Évangile de Jean dans la liturgie d’aujourd’hui: «Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné Fils unique» (3,16). Le Père a «donné» le Fils pour nous sauver, et cela a comporté la mort de Jésus et sa mort sur la croix. 

Pourquoi la Croix a-t-elle été nécessaire? A cause de la gravité du mal qui nous tenait esclaves. La Croix de Jésus exprime ces deux choses: toute la force négative du mal, et toute la douceur toute-puissante de la miséricorde de Dieu. La Croix semble déclarer la faillite de Jésus, mais en réalité, elle marque sa victoire.  Continuer la lecture