Archives mensuelles : mai 2015

 Lorsque les Frères Pierre et Raymond ont été introduits dans la Famille Myriam Bethléhem (Canada), la Sœur Jeanne a créé pour eux la branche « Myriam en Visitation ».

Nous sommes membres consacrés – par vœux perpétuels – de la Famille Spirituelle Myriam Bethléem depuis quatre ans. Nous avons donc à vivre un Souffle, une « expérience de Providence » et à développer en nous un cœur de pauvre et I’esprit du « Magnificat ». C’est tellement important pour nous qui sommes délégués par la Famille Myriam de crier partout que Dieu est un Père agissant, que son œuvre est d’abord et avant tout la sienne et que nous avons à refaire l’Unité de tous les hommes en Jésus par Marie avec I’Église.  (Rapport Mission n°153 mai 1994)

Comment ne pas faire mémoire ici de cette grande fête du MAGNIFICAT de Marie ? Même si en 2015 le 31 mai (date fixe de la Visitation) correspond à la grande Fête de la Sainte Trinité (fête mobile/1er dimanche après la Pentecôte) et que le calendrier liturgique officiel dit qu’elle est « occultée ».

« Alors que la solitude est une pauvreté, les relations interpersonnelles sont un enrichissement. La religion chrétienne est une religion trinitaire, relationnelle ; elle lutte contre l’exclusion ; elle crée du lien. Marie, qui est en relation avec la Trinité, d’une manière simple, lumineuse, nous conduit tout naturellement à la doctrine sociale de l’Eglise et stimule le progrès authentique et la dynamique du don  » (Benoît XVI, Lettre encyclique Caritas in veritate, en particulier § 53. 54. 79)

Et il advint, dès qu’Élisabeth eut entendu la salutation de Marie, que l’enfant tressaillit dans son sein et Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint. Alors elle poussa un grand cri et dit : « Bénie es-tu entre les femmes, et béni le fruit de ton sein ! » (lire le récit entier de la VISITATION : Luc 1, 39-56)

Cette fête qui marque la fin du mois marial a été étendue à toute l’Eglise par le Pape Urbain VI en 1379.

Tout de suite après l’Annonciation de l’Ange Gabriel à Marie, celle-ci rend visite à  Elisabeth sa cousine. Marie, qui porte Jésus en son sein, se  »rend en hâte » chez Elisabeth pour l’aider car elle est enceinte de Jean-Baptiste, or elle est déjà âgée. Cette fête évoque Marie qui  représente tous les « pauvres du Seigneur » (les  »anawims ») : ceux qui veulent accueillir Jésus qui vient ce jour à la rencontre de toute l’humanité. Elle est la Rencontre de deux femmes, deux futures mères, mais aussi la première rencontre de Jésus et de Jean-Baptiste. Continuer la lecture

Le mystère  de la Très Sainte Trinité est le mystère central de la foi et de la vie chrétienne. Il est le mystère de Dieu en Lui-même. Il est donc la source de tous les autres mystères de la foi ; il est la lumière qui les illumine. Il est l’enseignement le plus fondamental et essentiel dans la  » hiérarchie des vérités de foi  » (DCG 43).  » Toute l’histoire du salut n’est autre que l’histoire de la voie et des moyens par lesquels le Dieu vrai et unique, Père, Fils et Saint-Esprit, se révèle, se réconcilie et s’unit les hommes qui se détournent du péché  » (Catéchisme de l’Eglise catholique -  paragraphe 234)

Le premier dimanche après la Pentecôte, les chrétiens célèbrent  Dieu Amour . Un seul Dieu en trois personnes : Père, Fils et Saint-Esprit.

La grâce sanctifiante reçue au baptême nous rend participant de la nature divine (2 P 1,4) , elle fait de nous des enfants de Dieu et ouvre nos âmes à cette mystérieuse  mais réelle « inhabitation de la Trinité » : Ne le savez-vous pas ? Votre corps est un sanctuaire de l’Esprit Saint, Lui qui est en vous et que vous avez reçu de Dieu » (1 Co 6, 19)

La bienheureuse Elisabeth de la Trinité fut saisie d’émerveillement devant cette révélation : « Croire qu’un être qui s’appelle l’Amour habite en nous à tout instant du jour et de la nuit et qu’Il nous demande de vivre en intimité avec Lui .. Il me semble que j’ai trouvé mon Ciel sur la Terre, puisque le Ciel c’est Dieu, et Dieu est en mon âme. Le jour où j’ai compris cela, tout s’est illuminé pour moi… » (Elisabeth de Trinité citée par Nicolas Buttet FC n° 1950 p. 30)

PRIERE à la SAINTE TRINITE

écrite par Élisabeth de DIJON (1880-1906), le 21 novembre 1904. Elle avait 24 ans.

La bienheureuse Élisabeth de la Trinité est une religieuse française, carmélite, béatifiée par le pape Jean-Paul II le 25 novembre 1984 à Saint-Pierre de Rome

Ô mon Dieu, Trinité que j’adore,
aidez-moi à m’oublier entièrement
pour m’établir en vous, immobile et paisible
comme si déjà mon âme était dans l’éternité!
Que rien ne puisse troubler ma paix ni me faire sortir de Vous,
 ô mon Immuable, mais que chaque minute m’emporte
plus loin dans la profondeur de votre Mystère.
Pacifiez mon âme, faites-en votre ciel,
votre demeure aimée et le lieu de votre repos;
que je ne vous y laisse jamais seul,
mais que je sois là tout entière,
tout éveillée en ma foi, tout adorante,
toute livrée à votre action créatrice.

Continuer la lecture

« La liturgie d’aujourd’hui est une grande prière que l’Église avec Jésus élève vers le Père, pour qu’il renouvelle l’effusion de l’Esprit Saint. Que chacun de nous, chaque groupe, chaque mouvement, dans l’harmonie de l’Église, se tourne vers le Père pour demander ce don. Aujourd’hui encore, comme à sa naissance, avec Marie, l’Église invoque : « Veni Sancte Spiritus ! – Viens, Esprit-Saint, pénètre le cœur de tes fidèles ! Qu’ils soient brûlés au feu de ton amour ! ». Amen. »  Pape François Homélie Pentecôte 2013

La Prière du VENI CREATOR

Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus raconte comment elle a reçu l’Esprit-Saint au jour de sa Confirmation,

jour où la Pentecôte se renouvelle pour le chrétien qui reçoit ce sacrement.

« Ah ! que mon âme était joyeuse ! Comme les apôtres j’attendais avec bonheur la visite de l’Esprit-Saint… Je me réjouissais à la pensée d’être bientôt parfaite chrétienne et surtout à celle d’avoir éternellement sur le front la croix mystérieuse… Enfin l’heureux moment arriva, je ne sentis pas un vent impétueux au moment de la descente du Saint-Esprit, mais plutôt cette brise légère dont le prophète Elie entendit le murmure au mont Horeb… En ce jour je reçus la force de souffrir… » (Manuscrit A v.36)

A chaque fois qu’un Chrétien se signe du Signe de la Croix, il est remis en présence du SAINT ESPRIT (Affichette de l’Emmanuel)

« Seigneur, tu as voulu que la célébration de Pâque dure 50 jours et s’achève (aujourd’hui) par la grande fête de la Pentecôte. Nous te demandons que les hommes, en proie aux divisions de toutes sortes soient rassemblés par l’Esprit Saint. Que chacun dans sa langue te rende gloire » (Oraison de la messe du jour de la PENTECÔTE) 

A l’issue de rencontres ou de conférences, certaines questions sont ou ont été  fréquemment posées aux Frères Pierre et Raymond :

« Comment faites-vous  pour rester dans ce monde des lépreux défigurés, handicapés et vivant dans une extrême pauvreté ? Comment faites-vous  pour vivre dans les camps de réfugiés, auprès de ceux qui pleurent et n’ont plus d’espérance ? Comment pouvez-vous supporter d’écouter des mamans qui vous disent : « Mes enfants ont faim et je n’ai rien à leur donner à manger ?  »

La réponse des Frères  peut être ainsi résumée :

+ « C’est à cause de notre Foi chrétienne que nous pouvons continuer dans ce monde des déshérités et des grands malades. Si nous ne regardons pas chaque jour notre Dieu dans l’Eucharistie, Lui qui n’est qu’Amour et qui est allé jusqu’au scandale de la Croix par Amour pour nous, nous ne pourrions pas continuer. C’est l’Esprit Saint qui nous aide à Le laisser faire en nous sa prière.

Continuer la lecture

Rublev icône de l’Ascension


Dans le Credo, nous trouvons l’affirmation que Jésus « est monté au ciel, il est assis à la droite du Père ». La vie terrestre de Jésus atteint son sommet lors de l’événement de l’Ascension, c’est-à-dire quand il passe de ce monde au Père et est élevé à sa droite. Quelle est la signification de cet événement ? Quelles en sont les conséquences pour notre vie ? Que signifie contempler Jésus assis à la droite du Père ? (lire en intégral : catéchèse du Pape François sur le Credo  17/04/2013)

 

PRIERE (du Cardinal Godfried Danneels) pour le jour de l’Ascension

Seigneur Jésus, quand Tu es monté au ciel, les anges disaient aux Onze :

« Ne restez pas là à regarder vers le ciel ! ». Mais quarante jours auparavant,

près du tombeau, ces mêmes anges n’avaient-ils pas dit aux femmes :

« Ne regardez pas vers le bas ! Il n’est pas ici. Il est ressuscité » ?

Les anges seraient-ils capricieux qu’ils changent aussi vite d’idée ?

Que faire Seigneur Jésus : regarder en bas vers la terre, ou en haut, vers le ciel ?

Vers les deux, nous dis-Tu : « Je suis au ciel, regardez donc en haut, vers moi, et priez.

Mais je suis aussi sur terre dans tous les pauvres, les petits, les malades et les pécheurs.

Il vous reste tant à faire en bas, pour eux et pour moi, provisoirement du moins. »

Seigneur Jésus,

fais nous regarder vers le ciel,

sans oublier la terre, et inversement.

Car tout ce que nous faisons sur terre

à ceux qui sont tiens, c’est à toi que nous le faisons.

 

Paroles bibliques à méditer :

« Je ne vous laisse pas seuls  » (Jean 14, 18). Je suis avec vous jusqu’à la fin du monde » (Matthieu 28, 20).  Jésus s’élève aux cieux. Les disciples sont là à Le regarder. Deux hommes vêtus de blanc leur disent : « Hommes de Galilée, pourquoi restez-vous là à regarder le ciel ? » « Les disciples après l’Ascension se réunissent pour la prière avec Marie Mère de Jésus « (Actes1,14)

Avec notre Pape François, l’Ascension nous invite à prier et à sortir vers les périphéries pour annoncer la Bonne Nouvelle de l’Evangile.

« Prier, c’est parler à Dieu en l’aimant » (Père Charles de Foucauld), et à prier, comme les apôtres avec Marie

« Aller aux périphéries », c’est ne pas avoir peur d’écouter ceux que nous rencontrons surtout ceux qui sont sans nom, sans influence, et souvent méprisés.

L’Espérance de tout chrétien, missionnaire par définition, c’est l’assurance que Jésus lui répète sans cesse « Vas, je suis toujours avec toi ! ». C’est cette certitude qui nous a guidés tout au long de nos missions.

POUR ALLER PLUS LOIN :

Lire ou relire le texte des Actes des Apôtres et le commentaire de Saint Augustin

Que saint Joseph, un saint si grand et si humble, soit un exemple duquel les travailleurs chrétiens s’inspirent, en l’invoquant en toute circonstance. Je voudrais aujourd’hui confier au sage gardien de la sainte Famille de Nazareth les jeunes qui se préparent à leur future profession, les chômeurs et ceux qui souffrent du fait des difficultés liées à la crise du chômage, les familles et le monde du travail tout entier avec les attentes et les défis, les problèmes et les perspectives qui le caractérisent. Audience gérérale JPII 19.03.2003 § 4

C’est le Pape Pie XII (1876-1958) qui institua en 1955 la fête de saint Joseph artisan, destinée à être célébrée le 1er mai de chaque année.

Prière de demande d’intercession à Saint Joseph.-

Glorieux Saint Joseph, époux de Marie, accordez-nous votre protection paternelle, nous vous en supplions par le Cœur de Jésus Christ.
 Ô vous dont la puissance infinie s’étend à toutes nos nécessités et sait nous rendre possibles les choses les plus impossibles, ouvrez vos yeux de père sur les intérêts de vos enfants.
Dans l’embarras et la peine qui nous pressent, nous recourons à vous avec confiance. Daignez prendre sous votre charitable conduite cette affaire importante et difficile (la nommer), cause de nos inquiétudes. Faites que son heureuse issue tourne à la gloire de Dieu et au bien de ses dévoués serviteurs. Ainsi soit-il.

(Prière de Saint François de Sales)

Prions Saint Joseph tout spécialement

pour les personnes en quête de travail et les familles en détresse.